SECRET D ALICE AFFICHE 31 07 202.jpg

Maître Averty est avocat. Son cabinet est installé à son domicile, une très vaste demeure. Il recrute sa nouvelle employée à tout faire, suite au départ de sa gouvernante Agnès qui le quitte, amoureuse et désespérée, d'un jour, être aimée de son patron, pour lequel elle travaille sans relâche...

Après une suite d’entretiens infructueux, arrive le tour d' Alice ; une jeune fille délurée d'une vingtaine d'année. Averty ignore que la jeune femme, n'est pas là pour le poste. Elle a trouvé ce moyen pour l'approcher.

Va t-elle être prise au service de cet homme ? Quel est le véritable dessein d’Alice ? Et la gouvernante Agnès continuera- t-elle d'être ignorée ?

le secret d'Alice, extrait

Acte I scène I

 AVERTY, en lui-même :

-  Alice.. tiens....

Puis  il reprend tout haut.

 -  Je suis un peu ennuyé... voyez-vous...  Par exemple...  Je ne vois aucune référence concernant les compétences qui vous seront demandées ici.  Pouvez vous m'en dire un peu plus sur vous ?

ALICE

- Oh c'est bien simple.    Et je vais vous le dire franchement, parce que... je suis, telle que vous me voyez. Et telle que vous me voyez je suis .

AVERTY

compréhensif

 

-Oui... je vois... je vois... et je vous en remercie. L'honnêteté dans votre métier est une qualité sine qua non.  Mais encore mon p'tit ? Je ne vois là rien concernant vos études, aussi courtes furent-elles,  jusqu'où êtes-vous allée ? Ou sinon, avez-vous eu  un parent proche, dont vous auriez appris ou hérité, peut-être, les rudiments d'un métier ? Le dit métier de service ?

ALICE

elle joue l'étonnement et la candeur

 

- Pour ça Maître, je ne sais comment vous avez deviné ! Car en effet ma pauvre mère a servi de nombreuses années, au service d'un particulier, dont je ne connais le nom, malheureusement, du fait que ma pauvre mère, Dieu la garde, est morte en couche... pour ainsi dire... à cause de moi. Chose que je ne me pardonnerai, jamais... jamais...  Elle ne m'a rien laissée, mais était-ce de sa faute ? A part une vieille photographie ! Mais pas même le nom du père !

AVERTY

(dubitatif)

 

- Une bien triste histoire...  Je compatis ... mais enfin mademoiselle, cet emploi pour lequel vous postulez... demande un certain... comment dire... savoir faire... de l'intuition...  de l'expérience... de l'anticipation...

ALICE

(d'une traite, avec assurance).

 

- Pour ce qui est de  l'école,  je ne m'y suis guère attardée, le temps de savoir lire, compter et se méfier, qu'y a -t-il de plus à apprendre ? Je vous le demande ?  Toute orpheline que j'étais, que je suis encore au reste... A moins que … mais passons...  j'ai dû me débrouiller. En voilà un métier vous en conviendrez !

 

AVERTY la regarde par dessus ses lunettes...

- Oui... je vois … je vois...  certes.

Sympathique

-Je sais aussi, qu'à 20 ans, une certaine  désinvolture nous habite... et surtout qu'il est tentant de persister dans cet état... Heu … disons de rêverie... car enfin ! il faut aussi savoir en profiter, n'est-ce pas ? J'ai été jeune moi aussi... jeune et insouciant... c'est  l'âge où l'on commet quelques erreurs... je comprends cela... croyez-moi.

ALICE

Elle hésite un moment, le regarde dans les yeux, penche un peu la tête.. et se lance dans une explication en règle...

 

-Je vois bien où vous voulez me conduire... mais... mais... tout le monde n'est pas comme ça... et si j'avais suivi cette voie de l'insouciance, comme vous dites  avec tendresse pour vous-même.... moi... je serais dans le ruisseau... Mes rêves sont réservés aux quelques heures de sommeil que je m'octroie.... Ah bien sûr ! si j'étais bien née... entourée de parents aimants... et  soucieux pour mon avenir... à ma place.... je ne dis pas... peut-être aurais-je cédé à la facilité de me laisser aller...  à l'insouciance... voire au mépris... parfois... sachant que père ou mère saurait réparer mes bêtises... n'est-ce pas ?

AVERTY

(hésitant, bluffé)

- Oui … enfin...  je disais cela..

ALICE

Elle ne le laisse pas finir sa phrase

 

-  Tout ça pour vous dire que... la réalité m'a prise au cou très jeune. Je vous le dis. Je n'ai jamais été comme les gens de mon âge.  J'ai dû grandir beaucoup plus vite... pratiquement seule ! Et... ce que l'on fait à seize ans, ... je l'avais déjà fait à quatorze... et ce que l'on fait à dix huit ans...  je l'avais déjà fait à seize.. etc.  Vous comprenez, j'en suis sûre... . Avec cette chance, je vous l'accorde, d'être d'un temps qui préserve de l'irréparable... Si vous voyez ce que je veux dire … Car ce qui, pour l'une, est un immense bonheur, peut s'avérer catastrophique pour une autre.  Ma pauvre mère en a fait les frais...

AVERTY

Surpris par la réponse d'Alice, il se sent visé

 

- Vous ne faites pas de politique au moins ?

ALICE

- La seule politique que je conduis, c'est la mienne.

AVERTY

- Vous avez bien raison

ALICE

- Mais s'il se trouve que j'ai à me battre pour la défendre, je n’hésite pas... tout comme vous je suppose.

 

AVERTY, réfléchit un moment

 

- Après tout... C'est un poste qui demande une certaine solidité... Néanmoins, si une gouvernante gouverne, en effet, elle se doit de savoir tout faire...  la cuisine ? Le thé ? Les cuivres, la poussière ? Il y a également les cheminées... Bref c'est toute  une organisation....  Qui plus est, une maison de célibataire fort occupé à ses affaires, répondre au téléphone... que vous deviez recevoir des collaborateurs, les faire  patienter...

ALICE

- Oh pour ça, il ne faut pas être sorti de Harvard...  quand même. Et je sais me tenir... Cela me fait doucement rire : ces écoles où l'no vous apprend à tenir une cuillère avec  un plateau sur la tête... Pour ce qui est de répondre au téléphone, je m'en sors très bien. Merci. La vie m'a appris surtout à me servir de ma tête... j'imprime vite...  je vois une chose une fois, je sais la reproduire. Et puis … gouverner c'est aussi savoir déléguer.. non ? 

AVERTY

- Je veux bien vous croire... tout de même... 20 ans...  ...  d'ailleurs...

ALICE elle l'interrompt

-20 ans... ! Mais, presque 21 ! ce n'est pas rien ! L'expérience d'accord... mais au bout d'un certain âge, on prend des habitudes... pas facile de se changer... Et puis vous savez ce qu'on dit....il est trop tard pour  modeler la glaise,  quand il est temps de la sortir du four. 

AVERTY

(un peu perdu)

Hum... je ne sais pas...  je dois avouer ... jusque là  aucune candidature ne m 'a convaincu... quelle heure est-il  ?

ALICE

 regarde sa montre

- 6h45 Monsieur Averty..

AVERTY

- C'est Maître Averty, Tout simplement. Malheureusement, ma gouvernante s'en va... dans huit jours. Elle a trouvé une place ailleurs...

Ce disant, il se retourne et sort de la vitrine un cahier rouge.  En marmonnant.

- On ne sait pas ce qui prend aux gens, tout d'un coup ! …

...Je cherche donc à la remplacer. Si tant est que c'est une chose possible. Car je n'eus pas à m'en plaindre, loin s'en faut. Même pas un ordre à lui donner, tant elle anticipait mes moindres désirs. Concoctait mes plats préférés, m'aidait même à choisir mes tenues, prenait soin de ma santé... - je n'en demandais certainement pas tant, mais enfin, j'avoue que je me laissais faire... et l'on s'habitue n'est-ce pas,  à ces petites attentions-  enfin bref... une perle...

ALICE

elle sourit et dit doucement :

- Une perle amoureuse...

AVERTY

- Vous dites ?

(Sans attendre la réponse)

- D'ailleurs ce sera bientôt l'heure de mon apéritif, prendrez-vous quelque chose ?

( Alice n'a pas le temps de répondre , juste à ce moment, survient AGNÈS. Avec un plateau).

©© Copyright